« Dire l’indicible » Primo Lévi, la force du récit

Le Centre Primo-Lévi organise aujourd’hui et demain, deux journées gratuites de rencontres et d’animations autour de Primo Lévi et de la mise en récit de l’indicible, à l’occasion du centenaire de la naissance de cet Italien rescapé de la Shoah, auteur de Si c’est un homme et décédé en 1987.

Les différentes propositions du centre de soins aborderont la résonance actuelle de l’oeuvre de Primo Lévi, les réalités de la violence politique contemporaine et le rôle du récit dans l’accueil des personnes demandeuses d’asile en France.

Créé en 1995 avec le soutien d’Amnesty International, de Médecins du Monde et de l’ACAT, le Centre Primo-Lévi est un centre de soins destiné aux victimes de la torture et de la violence politique, où interviennent régulièrement des interprètes d’ISM et situé dans le 11e arrondissement de Paris.

Demain, samedi, de 15h à 17h30, une séance d’hommage à Primo Lévi aura lieu, en présence de son fils, d’artistes et de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn.
Une exposition « Primo Lévi, de la survie à l’œuvre », des documentaires audiovisuels et une librairie éphémère seront aussi en accès libre.

Vendredi 15 et samedi 16 novembre, de 11h30 à 18h30, Mairie du 3e arrondissement, 2 rue Eugène-Spuller, 75003 Paris. Entrée libre. Plus d’infos ici.

 

 

2019-11-15T18:18:15+00:0015 novembre 2019|